Delestre ne lâche rien au Jumping de Monte-Carlo

Simon Delestre, ex-numéro 1 mondial du saut d'obstacles, manie comme personne l'art de rebondir. Son forfait aux JO de Rio digéré, le cavalier peut maintenant se tourner vers l'avenir

Il est aux alentours de 17h45 samedi lorsque Chessal Zimequest, le cheval de Simon Delestre, refuse de franchir l'une des difficultés du parcours dessiné par le chef de piste Luc Musette. Le Français ne se qualifie pas pour le Grand Prix du soir, l'épreuve tant attendue du week-end. On imagine sa déception si grande qu'on nous prévient que l'interview qu'il doit nous accorder dans la foulée risque d'être annulée. C'est mal connaître le bonhomme et sa capacité à relativiser.

« Ce sont les aléas du sport,...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter