Une cinquantaine de capteurs comme celui-ci sont en cours d'installation Photo Dir Com

Monaco lance une étude sur la qualité de l'air

Le gouvernement de la Principauté de Monaco va réaliser une grande étude de qualité de l'air pour évaluer l'impact de la pollution des navires et des automobiles

La qualité de vie… aussi bien au marché que dans les réunions politiques, le sujet fait parler. Dans le cadre du programme "Qualité de vie", la direction de l’Environnement va réaliser une cartographie haute résolution de la qualité de l’air de la Principauté, qui prendra en compte les effets 3D (relief, hauteur des bâtiments…). Aussi, 52 capteurs vont être déployés sur l’ensemble du territoire monégasque jusqu’au 26 février 2018.

En hiver et en été

Afin d’affiner les connaissances sur la répartition de polluants, ces capteurs sont destinés à mesurer les émissions de dioxyde d’azote (NO2), dioxyde de soufre (SO2) et d’hydrocarbures, sur une durée d’un mois en hiver et un mois en été, afin d’établir une estimation des concentrations annuelles de ces polluants en Principauté.

Effet des voitures et des navires

En effet, les capteurs de NO2 et d’hydrocarbures sont les marqueurs principaux de la pollution automobile et des combustions de fioul. Les capteurs de SO2 ont pour finalité d’évaluer l’impact de la combustion du fioul lourd utilisé par les navires.

Cette campagne, réalisée en partenariat avec Air PACA, sera reconduite entre la mi-juin et la mi-juillet 2018. Objectif: caler et valider la modélisation haute résolution de la qualité de l’air en tenant compte de la dispersion des polluants.