Le prince Albert Alexandre Louis Pierre Grimaldi de Monaco, comme l'appellent les Burkinabès, avait été élevé au rang de Grand officier de l'Ordre national lors d'une visite officielle en février 2012. Preuve supplémentaire de l'aura de la Principauté en Afrique de l'Ouest. DR

Monaco et le Burkina Faso main dans la main

Le souverain et la princesse Charlène se lancent aujourd'hui dans un marathon de visites « amicales » avec la volonté d'aider le pays à passer un cap en terme de formation et de développement durable

Le couple princier a entamé, hier soir, un court mais dense voyage au Burkina Faso. Une visite « amicale et de travail » d'un peu moins de 72 heures qui fait écho au dernier déplacement du prince Albert II, en 2012, dans ce pays d'Afrique de l'Ouest essentiellement musulman et enclavé entre le Mali, le Niger, le Bénin, le Togo, le Ghana et la Côte d'Ivoire. Un carrefour exposé à certaines infiltrations terroristes venues du Sahel où 18,6 millions de Burkinabès empruntent la voie de la démocratisation. Une révision de la Constitution est notamment en cours pour en finir avec un quart de siècle sous le diktat de Blaise Campaoré. Au programme : limitation des mandats présidentiels, abolition de la peine de mort ou encore égalité des sexes. Un pays en pleine croissance économique aussi, auquel Monaco a décidé de tendre la main.

Déjà forte d'une...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter