Le prince Albert II est un ambassadeur fort

L'équipe scientifique du Yersin a accueilli hier le souverain qui s'est rendu en Martinique pour participer à la rencontre entre les acteurs des sanctuaires Agoa et Pelagos

L'objectif : 10 % d'aires marines protégées en 2020, contre 2 % aujourd'hui. C'est le point 11 convenu à Aishi (Japon) en 2010 concernant le « Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 ».

Un projet ambitieux auquel s'attellent plusieurs États dont, à leur mesure, Monaco et les Antilles françaises, avec les sanctuaires Pelagos et Agoa. Alors certes, « ce n'est pas qu'une question de surfaces mais aussi d'efficacité », explique Philippe Mondieli, directeur scientifique de la Fondation Prince Albert II de Monaco, en mission pour deux...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter