Dans le Jardin japonais, Mundiya Kepanga retrouve les arbres qu'il aime tant. L.M.

La parole sincère d'un chef papou sur notre monde

De passage pour la projection de son film Frères des arbres au Grimaldi Forum, le chef papou Mundiya Kepanga s'est confié sur l'environnement, la nature et la société occidentale

Lorsque tous les arbres auront disparu, les hommes disparaîtront à leur tour. » Des mots clairs, simples, francs. À l'image de celui qui les prononce, le chef papou Mundiya Kepanga. Ces mots clôturent son documentaire Frères des arbres, diffusé l'année dernière sur la chaîne Arte, et dont une nouvelle version plus courte a été diffusée hier matin aux enfants scolarisés à Monaco, et hier soir au public de la Principauté.

Chemise, pantalon, sandales, Mundiya Kepanga a adapté sa tenue, mais conserve sa coiffe en kangourou des arbres et plumes de cacatoès. Un couvre-chef modeste, qui remplace sa spectaculaire coiffe traditionnelle, qu'il a offerte au Musée de l'Homme de Paris.

Regard sage

Ce n'est pas la première fois qu'il vient en Europe et à Monaco, et il en garde...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter