J.-P. Muller : « On reste humbles ». Jean-François Ottonello

L'Université internationale de Monaco voit plus grand

Le directeur de l'IUM, Jean-Philippe Muller, croit dur comme fer à un rayonnement international

Des toques qui volent entre rires et larmes sur la scène de la salle des Princes. 286 diplômés, représentant plus de 75 nationalités, acclamés par une salle bigarrée remplie de 1 300 proches. Samedi dernier, l'année scolaire de l'Université internationale de Monaco s'est conclue dans une belle communion et non sans fierté pour l'équipe pédagogique et son directeur, Jean-Philippe Muller. Ce dernier, nommé à la tête de l'établissement du groupe Inseec en 2013, ne quitte pas ses objectifs des yeux : accroître la reconnaissance et la visibilité de l'IUM (Internationl University of Monaco), comme ses effectifs d'étudiants et de professeurs, tout en protégeant son « sanctuaire ». Celui d'une école où les anciens s'investissent, les mentors accompagnent et la majorité des étudiants évoluent ensemble, au-delà des classes, en optant souvent pour de grandes colocations.

Une école d'apprentissage indissociable de valeurs. « La paix, la laïcité, la tolérance… Ici, tout le monde signe une charte éthique », rappelle Jean-Philippe Muller, dont le contrat de vie se définit au pluriel. « Nous avons été les premiers à signer un partenariat avec MonacoTech [nouvel incubateur de...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter