Et si vous aidiez ces chercheurs à protéger le mérou ?

Pour convaincre les décideurs de préserver cette espèce vulnérable, une étudiante enquête. Elle a mis en ligne un questionnaire afin de déterminer sa valeur économique

«Le moratoire qui interdit la chasse sous-marine et la pêche au hameçon du mérou court jusqu'en 2023, pointe Patrice Francour, professeur d'écologie à l'Université de Nice. Mais quand on veut faire passer un nouveau moratoire, on se retrouve face aux lobbies de la pêche et de la chasse.»

Aussi, ne baisse-t-il pas la garde.

Cet Azuréen, à l'origine de la création du Groupe d'Etudes du Mérou, œuvre depuis plus de trente ans pour sauver le plus gros poisson de la Méditerranée. Un combat au long cours qui a porté ses fruits. Petit à petit, les populations se sont reconstituées.

Mais la situation reste fragile. « Si on lève l'interdiction de prélèvement, les efforts de ces vingt-cinq dernières années seront anéantis en l'espace de six mois à un an. » Il compte donc sur les cinq ans qui...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter