SecludIT, dirigée par Sergio Loureiro, est spécialisé dans le vulnerability management et la sécurité dans le cloud. K.W.

Que faire pour ne plus pleurer lors d'une cyberattaque comme celle de Wannacry?

Autant se faire une raison : les attaques informatiques vont devenir de plus en plus fréquentes. Les explications et conseils d'un expert. Pour ne pas verser dans la paranoïa

Près de 300 000 PC sous Windows contaminés dans 150 pays. WannaCry, la cyberattaque qui a frappé le monde entier il y a quelques jours, a rançonné des milliers d'utilisateurs dont de grandes entreprises comme Renault en France ou bien des services publics à l'instar du National Health Service au Royaume-Uni. Une attaque qui se distingue par son ampleur et sa vitesse mais "En 2016, il y a eu en moyenne 28 nouvelles failles de sécurité par jour, soit plus de 10.000 sur l'année, souligne Sergio Loureiro, pdg de SecludIT. Basée à Sophia Antipolis, sa société aide les entreprises à sécuriser leurs infrastructures informatiques. L'expert explique comment réagir face à des cyberattaques qui, selon lui, vont devenir de plus en plus nombreuses et virulentes.

S’il y a des attaques tous les jours, pourquoi n’en entend-t-on pas parler plus souvent?
Parce que WannaCry a été particulièrement virulente. Et parce que les entreprises ne veulent pas trop faire savoir...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter