Les 7 confidences du président délégué de la SBM

La SBM, encore en déficit de 27 millions d'euros, cherche toujours à développer de nouveaux projets. En ligne de mire : les jeux. Et pour attirer une nouvelle clientèle, il faut savoir surprendre…

La SBM, l'hôtellerie, la restauration, les spectacles et les jeux… Si la plus grosse entreprise de Monaco est un paquebot amarré en Principauté depuis plus de 150 ans, la vieille dame se doit de rester jeune.

À l'occasion de la communication des résultats consolidés de l'exercice 2017-2018 (notre édition du 20 juin), Jean-Luc Biamonti, président délégué de la SBM, a répondu, pêle-mêle, aux questions de la presse. Un exercice qui permet, chaque année, de connaître mieux les projets que lance ou abandonne la direction de la société.

 1. Jeux : créer des événements

Devant Pascal Camia, directeur des Jeux, Jean-Luc Biamonti souligne l'importance de créer la surprise pour attirer les joueurs. "Les dîners surréalistes, pour lesquels sont invités les gros joueurs, sont des événements spectaculaires. Les résultats sont perceptibles : nous avons eu plus de volume de jeu les deux week-ends qui ont suivi le deuxième dîner organisé en décembre dernier." Les joueurs attendent donc que Monaco leur propose une expérience singulière, exceptionnelle.

Succès aussi pour le poker. "Nous avons fait beaucoup plus de tournois."

Et ce soir encore, la SBM crée la surprise avec la soirée Années folles, de 19 h à 22 h, pour ses invités qui pourront être transportés dans une des voitures du prince de l'hôtel au Café de Paris où se déroulent les festivités (lire ci-dessous).

 2. Casino nomade

Parce que la population des joueurs est vieillissante, la SBM tente de séduire la nouvelle génération. Pas facile… Alors, puisque les jeunes ne franchissent pas les portes des casinos, ce sont les casinos qui viennent à eux, comme au Blue Gin du Monte-Carlo Bay ou encore au Niki Beach, au bord de la piscine, durant trois jours.

 3. Les Français toujours premiers

"La croissance de ce métier c'est l'Asie. Mais attirer les Asiatiques est assez compliqué. Ils ne peuvent pas venir ici pour un week-end seulement…" Mais qui fréquente le plus les casinos ? Le top 5 de la SBM : les Français, les Russes et les Européens de l'Est, les Américains, les Italiens et les Anglais.

 4. Des appartements de 600m2 au One Monte-Carlo

Trente-sept appartements sont construits en lieu et place du Sporting d'hiver. Des logements de 600 m2, avec piscine. "30% sont déjà réservés pour la location", souligne Jean-Luc Biamonti. Si le prix du loyer n'est pas communiqué, le président délégué explique que "c'est le même prix que les villas de la presqu'île du Sporting d'été". Or, en 2014, le prix annoncé de la location de ces petits paradis les pieds dans l'eau était de 200 000 euros par mois.

 5. des enseignes de luxe au One Monte-Carlo

Et pour fournir, entre autres clients, ses heureux locataires, cinquante-cinq boutiques seront réparties au rez-de-chaussée. Il y aura également un établissement ouvert du petit-déjeuner à 19h ou 20h, pour la clientèle des boutiques. Quelles marques ? Balenciaga, Alexander McQueen, Fendi, Berluti, Hublot, Chaumet...

 6. Une fête de la danse au début de l'été 2020

"En 2019, ce sera impossible. La prochaine fête de la danse devrait se dérouler fin juin, début juillet 2020", explique Jean-Luc Biamonti.

 7. Nouveautés dans les restaurants

La SBM se réjouit du succès du Coya Monte-Carlo, à deux pas du Jimmy'z et de la Salle des étoiles. Le restaurant, spécialisé dans la cuisine latino-américaine, a fait jusqu'à 330 couverts par jour.

La Vigie, au Monte-Carlo Beach, est ouvert cet été de midi à minuit et non plus uniquement le soir.