Un Parvis ruisselant de musique et de bonheur

Lorsqu'hier soir, après l'ultime concert, les mélomanes entreprirent la descente des rampes du Parvis Saint-Michel, ils le firent d'un pas lent et nostalgique.

Lorsqu'hier soir, après l'ultime concert, les mélomanes entreprirent la descente des rampes du Parvis Saint-Michel, ils le firent d'un pas lent et nostalgique. Quinze jours de concerts de rêve venaient de s'achever. Ils savaient qu'il faudrait attendre onze mois pour que les choses recommencent.

Ils quittaient à regret ce Parvis Saint-Michel qui, pendant deux semaines, avait ruisselé de musique et de bonheur.

Il leur resterait les souvenirs.

Ils n'oublieraient pas les vocalises magiques du contre-ténor Philippe Jaroussky qui, en ouverture du festival, avaient déroulé leurs guirlandes.

Ils n'oublieraient pas, non plus, la...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter