La «mégère», Ekaterina Petina, et de son «dompteur», Matej Urban, font merveille. Photo Alice Blangero / Ballets de Monte-Carlo

PHOTOS. Les Ballets de Monte-Carlo offrent une "Mégère" qui a tout pour plaire

Pour leur superbe spectacle de fin d’année, les Ballets de Monte-Carlo donnent jusqu'au 5 janvier leur version de la "Mégère apprivoisée" de Shakespeare. Une chorégraphie signée Jean-Christophe Maillot et divinement bien servie par les danseurs de la troupe monégasque et le Philharmonique de Monte-Carlo.

Une vraie teigne! Une tête de mule, un caractère de cochon, un être insupportable, invivable, associable, acariâtre… Et au bout d’une heure trente, une femme transformée en agneau! La mégère a été apprivoisée…

Telle est l’histoire du revigorant spectacle que proposent pour la fin d’année les Ballets de Monte-Carlo. La première a été donnée jeudi soir au Grimaldi Forum devant une salle comble, en présence de la princesse Caroline, installée au milieu du public et non dans la loge princière.

Le sujet,...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter