Baptisée Who should be scared ?, la sculpture d'un requin de neuf mètres en inox sera présentée sur le toit du Musée océanographique. Philippe Pasqua & Galerie RX

Philippe Pasqua en version monumentale

L'artiste a été choisi par les équipes du Musée océanographique pour une exposition, dès le 5 mai, de douze de ses œuvres grand format présentées à l'intérieur et l'extérieur de l'édifice

Il y a eu les bébés géants de Marc Quinn en 2012. Où la Virgin Mother haute de 10 mètres, en 2010, signée Damien Hirst. Au printemps prochain, le Musée océanographique accueillera à nouveau l'art façon XXL.

En servant d'écrin au travail de l'artiste français Philippe Pasqua, le temple de la mer mise sur le gigantisme. « Philippe Pasqua questionne, interpelle, dérange. Le détonateur idéal pour provoquer une prise de conscience en faveur de la vie marine et terrestre », évoque Robert Calcagno, directeur général du Musée océanographique. C'est le message de l'exposition baptisée Borderline, qui questionnera le visiteur « sur sa relation à la nature, à la mort et à la renaissance ».

Deux ans de réflexion

Adepte du grand format, l'artiste s'en sert pour montrer la vulnérabilité et la profondeur de...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter