Jazz-classique : le mélange des genres au Festival de Musique

S'aventurant au-delà du périmètre classique, la programmation s'est ouverte à l'excellent trio de Yaron Hermann, lundi soir, sur le parvis de la basilique Saint-Michel. Devant un public fourni

Cocteau, parrain du festival de Menton, qualifiait le jazz de « catastrophe apprivoisée ».

Catastrophe, le jazz ? Pas vraiment, lorsqu'on a entendu le concert de lundi au Parvis Saint-Michel, donné par le trio de Yaron Hermann, devant une « salle comble » en présence du maire Jean-Claude Guibal !

Le jazz était l'invité de la « soirée exceptionnelle » qui a lieu chaque année, au milieu de la programmation classique, depuis que Paul-Emmanuel Thomas tient (excellemment) les rênes du festival. C'est...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter