Chez Cocteau, les lignes de vie de Valerio Adami

La nouvelle exposition d'été du musée Jean Cocteau - collection Séverin Wunderman met à l'honneur un artiste contemporain italien, pour un voyage à travers la mythologie et l'intimité

Le teckel qui ne le quitte jamais porte le doux nom d'Ego. Et Valerio Adami aime assurément se représenter en dessin, avant de retranscrire le résultat en peinture. Mais n'allez pas croire pour autant que l'artiste italien n'en a que pour son nombril. Les aspects personnels, qui émaillent ses œuvres monumentales, ouvrant toujours une porte (colorée) vers l'universel.

L'exposition qui lui est consacrée, tout le long de l'été, au musée Cocteau repose ainsi sur quatre thèmes forts. Que l'on pourrait volontiers décrire comme « coctaliens » : mythes et métamorphoses, portraits et autoportraits, voyages, et intimités.

« Il y a une filiation assez extraordinaire avec Cocteau, qui nous est apparue de plus en plus...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter