Oleksiy Yefimov (DG), Sergey Dyadechko (président), Zvezdan Mitrovic (coach) et Amara Sy (capitaine) : quatuor gagnant de l'ASM. Manu Vitali/DirCom

Ca marche pour les basketteurs monégasques

L'ASM, avec ses méthodes, s'est imposée dans le paysage à une vitesse fulgurante

Ils ont remis ça ! Monaco est devenu dimanche à Disney, après la victoire en finale sur l'ASVEL (95-91), le premier club à signer un doublé en Leaders Cup (2016, 2017). Encore en Nationale 1 (3e division) il y a 3 ans, la Roca Team domine aujourd'hui la ProA et disputera à la fin du mois les 1/8es de finale de la Champions League. Face à cette réussite plutôt fulgurante, l'argent n'explique pas tout.

Un « prési » à part

Jamais le basket français n'avait connu un mécène qui investit autant. Le président ukrainien Sergei Dyadechko, financier de profession, installé à Monaco avec femme et enfants, ne possède pas la fortune des Qataris du PSG et le budget de l'ASM (6,4 millions) n'est «que» le 3e de Pro A, derrière Strasbourg et l'ASVEL. Mais le...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter