Jeudi matin, lors de l’inauguration du salon, Thierry Hesse dévoilera devant le prince Albert II cette voiture italienne (la DR4), l’une des trois exclusivités mondiales présentées à Monaco. Arnault Cohen

Thierry Hesse, ancien commissaire du mondial de l'auto: "Je ne suis pas un passionné d'automobile"

Son nom ne vous dit peut-être pas grand-chose. Pourtant, pendant vingt-cinq ans, Thierry Hesse a piloté ce qui est devenu le plus grand salon de l'automobile dans le monde : le Mondial de l'Auto, à Paris.

Avec son fils Nicolas, Thierry Hesse a monté de toutes pièces le 1er Salon international de l'automobile de Monaco, dédié aux voitures de prestiges, innovantes et écologiques.

Ce nouveau rendez-vous débute ce jeudi à 10h et se poursuit jusqu'à dimanche soir, sur le quai Albert-Ier, la place du Casino et la place du Palais.

Dans un entretien à paraître ce jeudi dans Monaco-Matin et Nice-Matin, Thierry Hesse confie, même s'il baigne dans ce milieu depuis presque trente ans, qu'il n'est "pas passionné par l'automobile".

"Ma seule et véritable passion, c’est la musique. Je suis pianiste et mélomane." L'ex-commissaire général livre aussi quelques souvenirs et anecdotes du Mondial de l'Auto. "Aucun des quatre présidents de la République n'était passionné par l'automobile", assure-t-il.

Il raconte aussi le courage de François Mitterrand qui a visité un Mondial en étant très malade, la convivialité de Jacques Chirac, l'énergie de Nicolas Sarkozy ou encore l'émotion qu'il a ressentie quand François Hollande l'a remercié.

"Il m’a pris le bras, m’a regardé dans les yeux et m’a dit : merci M. Hesse pour tout ce que vous avez fait, pour le développement de l’automobile française. Ça m’a beaucoup touché."