28 mai 1990, au sommet de sa carrière, Ayrton Senna domine le tourniquet monégasque pour la troisième fois et soulève son trophée sous l’œil des princes Rainier III et Albert II. (Photo archives Nice-Matin)

Sur les traces d'Ayrton Senna, le prince de la piste du Grand Prix de Monaco

Le Fairmont Monte-Carlo vient de baptiser une suite "Ayrton-Senna" avec terrasse plongeante sur le virage du Portier. Un symbole pour célébrer le héros invaincu du Grand Prix monégasque

La scène est historique dans la mythologie de la F1. Grand Prix de Monaco 1988: promis à la victoire, Ayrton Senna se loupe dans l’un des derniers tours de piste et vient s’encastrer dans les rails, au virage du Portier.

Condamné à l’abandon, le Brésilien, enragé, enjambe le rail pour regagner son appartement du Houston Palace, voisin, plutôt que les stands. Et voir, cruellement, Alain Prost être couronné roi de la piste monégasque.

L’histoire fait partie du mythe Senna. Qui peut prétendre être un héros dans ce domaine? Pas grand monde. Le pilote brésilien, six fois couronné sur le circuit monégasque, est le détenteur, pour l’heure jamais égalé, du nombre de victoires sur le tourniquet de la Principauté.

La première, c’était en 1987. Il y a trente ans tout juste. L’occasion était trop belle. Le Fairmont a ainsi choisi de baptiser son ultime suite avec vue plongeant sur le circuit, du nom d’Ayrton.

Vingt-trois ans après sa tragique disparition sur le circuit d’Imola en Italie, la légende Senna demeure incandescente. La mort du Golden Boy de la F1, emporté en pleine gloire, l’a hissé au rang de la béatification sportive. Logique presque, pour celui qui voyait dans chacune de ses victoires ou de ses défaites, un signe divin.

"Ayrton c’était le spectacle dans toute sa splendeur"

"C’est un peu magique que sa présence dans les cœurs et l’esprit des gens soit toujours aussi forte. Je crois qu’il serait heureux de le savoir", témoignait en 2014 sa sœur Viviane, lors d’un passage en Principauté. "Ayrton c’était le spectacle dans toute sa splendeur", se souvient une admiratrice monégasque.

L’accident tragique qui a mis fin à ses jours, comme James Dean en son temps, a provoqué une dévotion inconditionnelle de ses fans. Qu’ils soient connus, comme le pilote Lewis Hamilton, qui s’inscrit dans sa lignée. Ou anonymes, jamais avares de petites anecdotes sur l’idole des circuits dans les années 80. "C’est lui, le premier, par exemple, qu’on a vu se promener dans les paddocks monégasques sur un mini-vélo pliable", raconte un ancien photographe, d’accord pour dire que le Brésilien a marqué le monde de la F1 d’une empreinte indélébile.

"Il aimait beaucoup Monaco parce qu'il pouvait y vivre normalement"

Pas étonnant qu’en son temps, Ayrton ait trouvé son eldorado à Monaco. Son point d’ancrage en Europe loin de la chaleur de São Paulo. Au sommet de sa gloire, il s’établit quelques années en Principauté. Là même où un dimanche de mai 1984, parti outsider, il avait créé la sensation en remportant presque le Grand Prix, stoppé net cette année-là par la pluie. "Il aimait beaucoup Monaco car il pouvait y vivre tranquillement. Et il a toujours dit qu’il appréciait particulièrement conduire sur ce circuit difficile", se souvient Viviane Senna.

Troquant la combinaison pour le smoking, un soir de gala à la Salle des étoiles, Ayrton est félicité par le prince Rainier III. Photo DR

Dans le documentaire britannique réalisé par Asif Kapadia en 2010 consacré au champion, on le voit rouler en scooter avec sa petite amie, le mannequin Adriane Galisteu, sur la route de la Piscine.

Dans le fond de l’image, derrière le couple, on distingue un peu du bâtiment du Fairmont Monte-Carlo. C’est ici désormais qu’Ayrton Senna entre dans le patrimoine de la Principauté.

>> PHOTOS. Découvrez la nouvelle suite "Ayrton Senna" au Fairmont Monte-Carlo