Pourquoi le 76e Grand Prix de Monaco risque d'être plus grandiose encore

Après cinq courses et deux victoires chacun, le duel entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel s’annonce prometteur à Monaco

Incontournable. Prestigieux. Excessif. Clinquant. Fastidieux. Spectaculaire. Unique... Le Grand Prix de Monaco a ceci de rare, que bien des adjectifs, parfois antinomiques, lui vont comme un gant.

Voir circuler des monoplaces de 900 chevaux à plus de 166 km/h de moyenne (pole de Raïkkonen en 2017) dans les rues sinueuses et pour le moins exiguës de la Principauté, reste un spectacle hautement improbable !

Pourtant parfaitement maîtrisé par tout ce petit monde. Un paddock, du reste, durablement amouraché de ‘‘son’’ cher Monaco, must médiatique de la saison.

Alors oui, le Grand Prix est quelquefois - pour ne pas dire souvent -...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter