Vettel dans l'épingle du Fairmont. Photo JFO

On vous décrypte tous les virages du Grand Prix de Monaco pour bien comprendre les difficultés du circuit

Gil Léon, journaliste spécialiste automobile à Nice-Matin, décrypte les contours du mythique Grand Prix de Monaco. C'est la 16e année qu'il couvre le GP.

Le Grand Prix de Monaco est une course à part à bien des égards: premiers tours de piste le jeudi, repos le vendredi, vitesse moyenne la plus basse de la saison et rues étroites auxquelles il faut chaque année se ré-acclimater...

Un circuit mythique... et complexe. A Monaco plus qu'ailleurs, dépasser est quasiment impossible, encore plus avec les monoplaces élargies de 2017.

Gil Léon, journaliste spécialiste automobile à Nice-Matin, décrypte les contours du tracé du Grand Prix de Monaco. C'est la 16e année qu'il couvre le GP. Un expert. 

Cliquez ici pour voir le contenu

Le virage de la Sainte Dévote

"C'est le plus célèbre car il est marqué par de nombreux accidents. C'est le goulet du départ. Toujours beaucoup de frictions et des cabrioles d'anthologie."

La montée de Beau Rivage

"C'est un freinage délicat parce qu'il conditionne l'enchainement du casino. Vigilance de rigueur car on peut très vite taper le rail à l'extérieur comme Verstappen l'année dernière."

Le Virage du Casino

"C'est le début de la descente. Il faut faire attention car il y a une bosse sur la gauche que tous les pilotes essaient d'éviter. C'est rock'n roll. C'est aussi une possibilité de dépassement pour les pilotes."

L'épingle du Fairmont

"C'est l'ex Loews. C'est le virage le plus lent de la saison, une épingle très serrée. C'est quasiment impossible de dépasser. Sauf pour Olivier Panis, en 1996, qui avait doublé Eddie Irvine avant de gagner la course. C'est un trou de souris."

Le Virage du POrtier

 "Il est marqué par un événement: la sortie de piste d'Ayrton Senna, tout seul, qui était largement en tête devant Prost à 11 tours de l'arrivée."

La courbe du tunnel

"Les pilotes sont à fond ici, pleine charge. C'est un virage à part, le seul tunnel de la saison"

La sortie du tunnel

"Avant il y a avait un gros contraste à la sortie entre le tunnel noir et le soleil dehors. Aujourd'hui, ça va mieux, le tunnel est mieux éclairé."

La chicane du port

"Plusieurs fois modifiée. Au départ très rapide. Elle a été marquée, il y a 50 ans, par l'accident mortel du pilote Ferrari, Lorenzo Bandini."

Le S de la piscine

"C'est l'enchaînement préféré des pilotes. C'est là qu'ils ont le plus gros frisson. ça va très vite, il rase les rails et un vibreur musclé. Un gros challenge pour eux."

L'épingle de la Rascasse

"C'est un des virages les plus célèbres aussi. Les dépassements sont rarissimes. Le dernier exploit est celui de Jules Bianchi qui avait dépassé le Japonais Kobayashi, l'année de sa mort. Il avait fini dans les points dans cette course."

Le virage Anthony Noghes

"Il porte le nom du créateur du circuit. C'est un piège car on croit que le plus dur est passé. Il y a souvent des chocs au freinage ou à l'accélération. Les excès d'optimisme sont souvent punis à cet endroit."