Sur la ligne de départ: 38 équipages propres, trente-deux roulant à l’électrique et six à l’hydrogène. Photo copyright ACM / Jo Lillini

Les défis du eRallye de Fontainebleau à Monaco

Deuxième du nom, le eRallye de l'Automobile Club de Monaco prendra son départ mercredi 25 octobre de Fontainebleau

Sur la ligne de départ: 38 équipages propres, trente-deux roulant à l’électrique et six à l’hydrogène.

Une nuance qui influence la logistique.

En effet, dans un rallye pareil, le nerf de la guerre, c’est l’énergie.

Pour recharger 32 voitures entre les étapes, les concurrents ont dû repérer à l’avance où pouvoir se brancher -il faut six heures pour recharger à fond une batterie.

À Fontainebleau, Onet-le-Chateau et Monaco, l’ACM fournira un équipement pour recharger par vagues les voitures. Le reste du parcours, ce sera aux pilotes et copilotes de faire les bons choix.

Pour les six véhicules à hydrogène, la donne n’est pas la même.

La pénurie de pompes à hydrogène sur le territoire français a conduit les organisateurs à prévoir une station ambulante pour abreuver de ce gaz les véhicules engagés.

Dans les starting-blocks, faisant figure de favoris: Nicola Ventura, vainqueur du championnat des énergies renouvelables et électriques (ENEC) en 2016; Fuzzy Kofler, champion ENEC 2014 et 2015; et Artur Prusak, vainqueur du premier eRallye.

Mais aussi le maire de Monaco sur Toyota Mirai, avec trois de ses adjoints, un équipage du Palais princier composé de Philippe Rebaudengo et Claude Mas, au volant d’une Renault Zoé.

Le modèle du constructeur français sera le plus représenté sur la grille de départ (dix Zoé engagées) avec la eGolf de Volkswagen, la Soul de Kia, la Leaf de Nissan et les modèles sportifs de Tesla.

Pour le public, un parc automobile zéro émission est à découvrir aussi en marge de la course, le samedi 28 octobre de 10 heures à minuit sous le chapiteau de Fontvieille.

Des animations sont prévues pour accueillir les concurrents.

Et pour recharger leurs batteries avant la dernier étape du circuit, de nuit, au col de Turini !

Plus d'informations dans votre édition de Monaco-Matin vendredi.