Le pilote "Made in Monaco" Charles Leclerc, "ressens de la frustration"

La pépite « Made in Monaco » revient sur sa performance mitigée en F2 lors du week-end du Grand Prix. A bord de sa monoplace, il a été contraint à l'abandon lors des deux courses…

à trois ans, sur la terrasse de l'appartement d'un proche de la famille à Monaco, Charles Leclerc jouait aux voitures miniatures. Bercé par le vrombissement enivrant des F1 qui déboulaient, juste en dessous, sur la montée de Beaurivage.

Seize années plus tard, l'enfant du pays et membre de la Ferrari Driver Academy a lui aussi fait chauffer la gomme sur ce tracé mythique. En F2, pour la première fois de sa jeune carrière. A bord de sa monoplace rouge de l'écurie Prema Racing, la pépite en tête du classement a survolé les essais et les qualifications. Avant de se casser les dents lors des deux courses, contraint à abandonner. Il raconte ce week-end pas comme les autres. Sous les yeux de ses proches, qui plus est.

Vous arriviez à Monaco, chez vous, en net leader du...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter