Grande répétition, ce dimanche, pour deux-cents commissaires de piste avant le coup d'envoi du Rallye de Monte-Carlo

À un mois et demi du Rallye Monte-Carlo, l’Automobile Club de Monaco a découvert un nouvel outil de traçage et de chronométrage hier. Une révolution sans douleurs mais non sans questions

Traditionnelle et prestigieuse étape d’ouverture du championnat du monde WRC, le Rallye Monte-Carlo (22 au 28 janvier 2018) a pour habitude d’essuyer les plâtres lorsque la Fédération internationale de l’Automobile (FIA) décide de modifier les règlements ou d’introduire de nouvelles technologies.

Ainsi, hier, les quelque 200 commissaires de piste du «Monte» ont découvert, en avant-première, un nouveau dispositif de traçage des véhicules et de chronométrage.

Un test grandeur nature pour lequel de nombreux officiels avaient fait le déplacement, comme Michèle Mouton, ancienne reine du rallye français aujourd’hui à la direction de la sécurité à la WRC.

Déjà seuls au monde à pratiquer chaque année une répétition générale, in situ, à un mois et demi de leur grand oral, les commissaires de piste monégasques ont donc eu, aussi, à innover lors de...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter