On le croyait bientôt rangé des voitures de course. Fausse piste ! À 47 ans, Olivier Beretta continue de filer le parfait amour pied au plancher avec le cheval cabré, sur les circuits du Vieux Continent (ici lors des 3 Heures de Monza)... et même au bout du monde. Georges Decoster

Grand tourisme: le pilote monégasque Olivier Beretta, 47 ans, que l'on croyait fini se voit prolonger par Ferrari

Au crépuscule d'une saison 2016 « quasi-sabbatique » durant laquelle il n'avait chassé le chrono qu'au Castellet, à Spa-Francorchamps et au Nürburgring, on le pensait fermement engagé sur la voie de décélération.

Trois petites courses et puis s'en va, Olivier Beretta ? Que nenni !

Cet hiver, le Monégasque est reparti pied au plancher. « Apparemment, je ne suis pas encore trop rouillé, à 47 ans, puisque Ferrari m'a proposé plusieurs opportunités intéressantes », confie le serviteur du cheval cabré qui a donc entamé une sixième campagne sans frontières dans l'habit de lumière rouge. « Ce que je ne voulais plus, c'était vivre dans l'avion, enchaîner des allers et retours incessants aux États-Unis. Là-bas, je pense avoir fait le tour de la question. J'ai gagné les 24 Heures de Daytona au général (en 2000, ndlr), les 12 Heures de Sebring à quatre reprises et le championnat American Le Mans...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter