Dans les paddocks, tout l'esprit de l'Historique

Loin de l'univers aseptisé et fermé du Grand Prix de F1, celui du GPH met en lumière une accessibilité et une simplicité tout autre. Où la passion des vieilles voitures prime sur le reste…

On connaît le microcosme de la Formule 1. Où il fait bon se pavaner dans les stands et sur les yachts. Où les pilotes, excepté pour la séance de dédicaces, sont cloîtrés dans une bulle, quatre jours durant. Au Grand Prix historique, le décor est le même, à quelques affiches publicitaires près, mais la passion et la nostalgie prennent définitivement le dessus sur l'ostentation.

« En F1, les pilotes sont starisés et au centre de toutes les attentions. Là, ce sont les vieilles voitures qui cristallisent les regards. On peut discuter très facilement avec ceux qui les chouchoutent », résume justement Beat Mühry, un touriste...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter